Comment devenir l’entreprise où il fait bon vivre ?

Le 24 Mai 2016 à 15:00



Les entreprises sont créatrices de richesse. Leur principal modèle est leur capacité à créer de la plus-value. Aujourd’hui, une tendance met en avant de nouvelles attentes de la part des salariés : le bien-être au travail. Henri Ford disait : « Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas au bilan de l’entreprise : sa réputation et ses hommes. » Aujourd’hui, encore, le « bien-être » au bureau ne se mesure pas en tant que tel dans un bilan. Et bien que des tentatives de mesures « immatérielles » de bilan soit capable d’y apporter un éclairage, cela reste encore un domaine à explorer. Quels sont, donc, les facteurs qui favorisent le bonheur au travail ?


1. Prix et distinction !

Chaque année, des prix et distinctions désignent des entreprises dites modèles dans leur catégorie, domaine de compétence mais également comme entreprise où il fait bon vivre. L’une de ces distinctions est le baromètre « Great Place to Work ». Selon cet organisme, la source essentielle du bien-être des salariés est la confiance. Une confiance créée par l’intensité des réalisations entre les politiques, projets de l’entreprise et les modalités de leur mise en place effective. En d’autres termes, le différentiel entre les paroles et les actes du management. Cet organisme étudie ce différentiel, selon un protocole bien défini, afin de permettre chaque année de désigner l’entreprise où il fait bon travailler. Et dans cette approche, l’aménagement de bureau tient une place essentielle. Dans un reportage d’une des dernières émissions de C dans l’air sur France 5 (« les français heureux au travail » ), on peut suivre un « responsable bonheur » faisant visiter les lieux... Selon les intervenants de l’émission « l’injonction au bonheur n’est pas une raison suffisante, mais plus une conjonction positive de comportement et de décisions.»


2. Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont un immense relai d’opinion et de propagation d’une réputation et l’on peut surtout y découvrir les « great places to work » qui peuvent faire rêver plus d’un salarié.
Le quartier général de Google, par exemple, a largement été médiatisé comme non seulement un endroit rêvé mais d’un lieu de tous les possibles attirant notamment une jeunesse en quête de réalisation et de reconnaissance. En effet, découvrir des espaces de travail qui peuvent faire « rêver » ne suffit surement pas dans l’absolu, mais devient déterminant si le management est conforme à l’ensemble. Les publications de bureaux colorés, design, mais également aux agencements originaux laissant la place à l’individualisation tout en étant dans un esprit d’équipe peuvent faire rêver plus d’un candidat potentiel...


3. Comment rendre le lieu de travail attractif ?

Quels sont les critères d’aménagement d’un bureau qui retiennent l’attention d’un candidat potentiel ? Quelles sont les approches d’aménagement de bureau qui sauront impacter et faire passer de l’impression favorable à l’envie et l’enthousiasme des salariés ? Il est possible de proposer 4 philosophies pour 4 ambiances pour 4 managements et donc 4 raisons de venir travailler dans un espace avec un aménagement qui corresponde aux valeurs et aux aspirations des salariés actuels et potentiels...


1er axe : L’audace et l’originalité

L’entreprise, qui regarde le futur de manière positive et qui n’a pas peur des nouveautés, favorisera l’audace et l’esprit d’entreprise de ses salariés ; Un tel management saura saisir l’opportunité d’un aménagement de bureau aux couleurs, formes et agencements audacieux. L’uniformisation de l’organisation spatiale du travail pourra et sera ainsi repensée. Cela se traduit soit, ou et, par des couleurs différentes pour son secteur d’activité, mais aussi par le choix de matériaux innovants et à la pointe (voir article sur l'équilibre des matériaux dans l'aménagement de bureau) ou encore par l’organisation des espaces de travail permettant à chacun d’exprimer sa part de créativité.


2ème axe : La responsabilité et le respect

L’entreprise qui donne un sens à sa relation avec ses salariés saura apporter les éléments remarquables à cette prise en compte. L’agencement des espaces de travail sauront incorporer au sein de l’entreprise les services d’aide comme une facilitation pour la vie privée (famille, garde d’enfants, respect des horaires, conciergerie..). Mais aussi sauront respecter l’intégrité individuelle par des lieux possibles de repos voire d’isolement partiel, surtout dans le choix d’open-space. La possibilité d’accessibilité à la restauration de qualité, la mobilité encouragée (carte de transport, vélo avec remboursement kilométrique...). La salubrité des bureaux, réunions, avec des salles aérées et bien oxygénées (article Quand le végétal devient une science) Et de manière générale étudiera une approche holistique de l’espace de travail de ses salariés. (voir l'article sur l'approche holistique).


3ème axe : L’implication et la participation

Les espaces qui impliquent, sont des espaces dans lesquels l’entreprise donne une attention toute particulière à la mise en synergie des salariés autour de projets. En d’autres termes, une entreprise qui met au centre de l’action, l’implication de ses salariés. Comment cela peut il se traduire ? Par des espaces en différents îlots, modulables, permettant la réflexion tant collective qu’individuelle. Des lieux de travail à la disposition des salariés, espaces pouvant être de détente, de réunions acceptant des petits groupes mais aussi de plus grands groupes. Une particularité remarquable pour chacun d’entre eux, une disposition opérationnelle, immédiate et confortable des outils nécessaires (connectivité , écran, wifi...) à la réalisation de leurs tâches et objectifs.




4ème axe : la communication et la connectivité

Aujourd’hui une entreprise ne peut plus aborder la réalisation de son espace de travail sans inclure à tous les niveaux et dans tous les espaces la connectivité. Elle est omniprésente, facilitée et encouragée. Les réalisations des espaces incluent ainsi des connexions performantes en tant qu’outil indispensable et non comme annexe et accessoire. Ceci implique une accessibilité aisée des outils (écrans muraux, vidéoconférence, wifi, câblages...) par l’ensemble des salariés. Cette installation connectée favorisera également la communication entre salariés. Le salarié n’aura plus à convaincre de sa nécessité mais de jouir d’un outil de travail lui permettant de donner le meilleur de lui même.




L’ordre de ces quatre axes est non exhaustif. A chaque entreprise de trouver ses axes ainsi que ses aménagements prioritaires de bureaux à même d’optimiser son attractivité et ainsi d’attirer de nouvelles recrues et de nouveaux potentiels tout en fidélisant et mettant en valeur ses salariés actuels.


Vous souhaitez réagir sur cet article ?


Soumettez votre commentaire à france@arch-office.fr