Bien-être : améliorez votre espace travail au bureau

Le 08 mars 2013 à 07:30


Si les relations avec les collègues est le premier facteur de la qualité de vie au bureau, 48% des salariés placent l’espace de travail en deuxième position.
Dans le dernier sondage effectué par ACTINEO, l’Observatoire de la qualité de vie au bureau, 86% des salariés sondés considèrent que leur espace de travail a un impact important sur leur efficacité et 72% sur leur motivation. Si 86% des salariés se déclarent satisfaits de leur bureau, 40% en revanche considèrent que leur bureau n’offre aucune possibilité pour se détendre et 38% pour s’isoler.
Mais si l’on s’intéresse au bien-être du salarié et à la lutte contre le stress, il faut faire la différence selon le statut du salarié et surtout la typologie du bureau qui généralement en découle. Les réponses et taux de satisfaction dépendent principalement du type de bureau ou espace de travail dans lequel le salarié passe sa journée. En effet, les CSP+ et les CSP – n’ont pas la même perception. Les premiers sont satisfaits à 87% et les seconds ne sont plus que 76%. De même le bureau individuel plaît à ceux qui en ont un (90% en sont satisfaits), le bureau collectif satisfait 84% des sondés partageant leur bureau (deux à quatre personnes) mais l’open space ne recueille plus que 63% de taux de satisfaction. Et ce sont ces sondés qui se plaignent des problèmes de manque d’isolement, problème de détente et de concentration, fatigue physique et intellectuelle.
Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique de changement. La première génération d’open spaces se résumait à la création d’un espace unique ouvert. La deuxième génération cherche l’équilibre entre le poste de travail individuel dans l’espace ouvert et les espaces partagés comme les salles de réunions. Il y a une réelle interrogation sur le bien vivre et bien-être au bureau et les matériaux innovants sont créés et installés pour aider à atténuer les nuisances sonores et visuels, afin d’améliorer le bien-être, la confiance en soi, l’implication et la stimulation de tous.


Mais il reste encore beaucoup à faire dans le domaine de l’aménagement intérieur des bureaux au niveau collectif notamment. Les architectes spécialistes de ce secteur ont des recommandations très précises pour tirer tous les avantages de l’open-space tout en protégeant les salariés travaillant en open-space d’effets nocifs.

  • - La première conditions pour rendre cet espace vivable est sa superficie : il faut au moins 12 mètre carrés par personne.
  • - Tous les matériaux utilisés doivent être choisis pour leur coefficient de réverbération acoustique : moquette au sol, plafonds et murs avec des matériaux absorbants qui peuvent même être installés dans des bureaux déjà conçus.
  • - Isolement – son et vue – des espaces bruyants comme les postes de photocopieurs et imprimantes, la porte d’entrée, la cafétéria.
  • - Organisation des bureaux pour faire en sorte que les voix ne convergent pas. L’installation de cloisons à mi-hauteur, souvent transparentes ne servent à rien en terme d’acoustique en dessous de 1.70 mais elles sont psychologiquement importantes pour le salarié puisqu’elles délimitent son territoire personnel. Plus important, des petites cloisons devant l’espace visuel permettent de limiter l’arrivée des voix des personnes travaillant en vis à vis et de poser le regard sur quelque chose d’inanimé pour aider à la concentration.


Ne pas faire l’impasse sur les salles de réunion.

  • - Ventilation, chauffage, climatisation doivent être choisis en tenant compte de leurs critères acoustiques.
  • - Système de code couleur indiquant la disponibilité ou non du salarié “ne pas déranger” “disponible” “uniquement pour des urgences”, etc.
  • - Espaces réunion nombreux et de configuration variables afin de permettre une libre utilisation par les collaborateurs de ces espaces de réflexion pour s’isoler, réaliser un travail collaboratif ou organiser une réunion.

Vous souhaitez réagir sur cet article ?


Soumettez votre commentaire à france@arch-office.fr